Si tu cherches la pluie, elle vient d'en haut, Y. Belaskri, Vents d'Ailleurs

Publié le par Stern

 

Commençons par le commencement : Le titre. Une tautologie magnifique servant d'hymne et de proverbe. D'une beauté redoutable. Car les personnages, au fil de l'histoire, découvrent à quelle point, il est faux de dire que la pluie vient d'en haut. Comme dit Déhia « Tu avais tort Papa, la pluie vient d'en bas. » Et cette « pluie » devient comme une marée montante qui engloutit tout, peu à peu, elle devient l'incarnation et la métaphore d'un malheur sans nom sur une terre aride et sans merci.

Ce n'est pas un de ces livres dont on sort indemne. Ce n'est pas un de ces livres où tous les personnages sont sauvés. Seuls les deux héros parviennent à fuir pour vivre une meilleure vie et c'est leur histoire, avec ses scènes tellement bien écrites et décrites, tellement horribles et touchantes qu'elles nous obligent à refermer le livre et à clore les yeux, le souffle coupé.

Avoir le souffle coupé par la littérature, voilà ce que j'appelle un coup de maître!

Publié dans Étonnants Voyageurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article